Tout a commencé au printemps

En 1941, huit jeune-gens du mouvement Scouts-de-France cherchant à se rendre utiles et semer la joie autour d’eux en ces temps difficiles, préparent un spectacle pour une tournée dans les colonies de vacances de l’été. Sous l’impulsion de Jacques Félix, initié à la marionnette par Géo Condé, artiste nancéen, ils décident d’y montrer des marionnettes qu’ils fabriquent avec les rares matériaux dont ils disposent en ces temps de guerre. La tournée est un succès et des représentations sont données dans les Ardennes jusqu’à Noël 1942. En 1943 les jeunes artistes sont dispersés par les évènements et les marionnettes s’endorment.

Naissance de la compagnie des Petits Comédiens de Chiffons

Après la libération en 1945, Jacques regroupe quelques copains scouts et cœur-vaillants et créé la troupe qui présente alors différents spectacles dans la région.

Les Gueux au Paradis

Avec Les Gueux au Paradis en 1947, Jacques lance la troupe dans un spectacle d’envergure avec chœur et musiciens. C’est un succès et la Compagnie est invitée au rassemblement mondial des scouts : le Jamborée mondial de la paix.

La compagnie évolue…

Depuis sa création, la compagnie a présenté de nombreux spectacles dans la région pour des Noëls d’entreprise, des kermesses mais aussi dans des festivals et autres manifestations. Jacques évaluait à 200 le nombre des comédiens de la Compagnie qui tous, avec leur complémentarité, ont apporté successivement, dans cette aventure, leurs idées, leur compétence et leur enthousiasme, fidèles à leur devise « tous égaux derrière le rideau.

Les Quatre Fils Aymon, légende Ardennaise

En 1955, la troupe crée le spectacle « Les quatre Fils Aymon » qu’elle présente à Paris au Palais de Chaillot, et ensuite à Liège, en Belgique, en 1958 dans le cadre du festival international des marionnettes.

Hors des frontières

Reconnus par les professionnels, les Petits Comédiens de Chiffons sont invités à l’étranger. Leurs spectacles basés sur le cirque et le music-hall reflètent la joie de vivre et la bonne humeur. Jacques s’y exprime avec bonheur, au sein de sa troupe, dans le rôle de Monsieur Loyal. La troupe se déplace en Tchécoslovaquie (Karlovy Vary), Allemagne (Euskirchen), Angleterre (Hastings), Pologne (Bielsko-Biala), URSS (Moscou), Italie (Mantoue), Japon (Iida)…

En 1961, Les Petits Comédiens de Chiffons accueillent pendant trois jours le deuxième congrès national du syndicat des guignolistes et marionnettistes français. C’est le premier festival international français. Un second festival a lieu en 1967 lors du congrès UNIMA-France (centre français de l’Union Internationale de la Marionnette) mais il est très peu ouvert au public. En 1972, la candidature des Petits Comédiens de Chiffons pour organiser le onzième congrès international de l’UNIMA (Union Internationale de la Marionnette) est retenue. Jacques Félix et ses amis des Petits Comédiens de Chiffons profitent de l’occasion pour réaliser un festival de grande ampleur. Le programme est ambitieux pour une ville comme Charleville-Mézières mais connaît un succès énorme, notamment grâce à la mobilisation des habitants qui furent au nombre de 800 à proposer des logements gratuits aux festivaliers. C’est le premier festival où sont présents les marionnettistes des cinq continents : le festival international devient mondial.

Personne ne sait si d’autres festivals auront lieu à Charleville…

Comme le succès de l’évènement exceptionnel de 1972 a fait le tour du monde et qu’il a séduit le public et les élus locaux, en 1976 une nouvelle édition du festival mondial voit le jour. Devenu en 1976 Président d’UNIMA-France, Jacques Félix souhaite prouver que le Festival de Charleville est le plus grand et le plus « mondialiste ». Il désire donner une fréquence régulière à ce festival autour d’une philosophie qui reste d’actualité : le Festival est une « vitrine des marionnettes du monde entier » ouverte à tous les publics. Il s’agit certes d’un bon moyen pour les artistes de se faire connaître auprès des professionnels du spectacle, mais il n’y a pas de prix à gagner, ce n’est pas un concours. Les seules récompenses viennent des félicitations des spectateurs.

C’est ainsi que le Festival est devenu triennal. Il a pris de l’ampleur au fil des dix-sept éditions en accueillant de plus en plus d’artistes et de publics du monde entier. Le dernier a eu lieu en septembre 2013, il a réuni 250 troupes venues d'une trentaine de pays et près de 160 000 spectateurs.

Depuis plus de 50 ans, cet évènement est ancré dans le cœur des carolomacériens et des ardennais. C’est en grande partie grâce à leur dévouement et à leur générosité que le festival perdure et est devenu la plus grande manifestation culturelle dans son genre.


" Avec l’Amitié et la Volonté, les utopies les plus grandes deviennent réalité…" Jacques Félix

Les affiches du Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes